Archives par étiquette : Ecole Claude Monet

Réponse à Monsieur Laurent Le Mercier

Réponse à Monsieur Laurent Le MercierMonsieur Laurent Le Mercier a répondu par voie presse, là où nous l’attendions plutôt sur des propositions et des solutions. Nous avons été reçus vendredi 19 février, à notre demande pour lui exposer la situation exacte qu’il ne semblait absolument pas connaître, autrement qu’à travers les papiers qui étaient posés devant sa conseillère présente à la réunion. D’emblée de jeu, il nous a dit notre incompétence sur les questions scolaires. Il nous a demandé quelles étaient nos solutions. Et nous lui avons proposé un dédoublement temporaire de classe, reprenant la proposition que le corps enseignant nous avait faite le jeudi 18 février.

En gros, il nous a fait savoir par voie de presse interposée que tout était sous contrôle, que les dossiers étaient en cours de traitement pour un des enfants de la classe. Normal : ce dossier, après un rendez-vous avec la maman d’un des enfants, nous l’avons scannérisé et envoyé à la directrice remplaçante qui a pu ainsi le compléter. Et il paraîtrait que le Maire que je suis mettrait de l’huile sur le feu. De l’huile sur le feu, c’est Monsieur Le Mercier qui est en train de la déverser sur les braises de la colère des parents. Pouvez-vous croire que des parents d’élèves obligés de prendre une journée sur leurs jours de congés envisagent de bloquer l’école où apprennent leurs enfants par gaieté de cœur ? Croyez-vous un seul instant que les parents n’auraient que ça à faire ?

Et puis, après avoir tenté vainement de faire croire que les parents et les élus étaient contre l’inclusion du handicap, il nous reproche maintenant de ne pas tenir la cantine où des menaces avec couteau ont été proférés contre des enfants par d’autres enfants. Relativisons : ce ne sont là que les menaces d’enfants de CP-CE1. La cantine étant un service optionnel, la présidente du SIVOS EPBM, Madame Chantal Depré, a décidé d’exclure ces enfants de la cantine compte tenu des menaces, des insultes répétées (« sale pute », « salope », etc). Autrement dit, Monsieur Le Mercier, nous, élus, faisons notre travail et nous agissons au quotidien pour la sécurité des enfants.

Mais, au fait d’où viennent ces comportements menaçants et ces insultes ? Elles viennent de loin. Elles viennent de maternelle. Pourquoi l’institution que vous représentez est-elle donc totalement infoutue de signaler à l’action sociale – comme c’est son devoir de le faire – tous les faits  de violence dont sont victimes les instituteurs, les institutrices et les enfants ? Et vous nous reprochez de mettre de l’huile sur le feu, là où vos services n’exercent pas correctement la mission qui est la leur !

Il y a deux ans, vous nous aviez proposé un maître G sur notre regroupement, au CHSCT devant les syndicalistes présents. J’en ai eu témoignage. Il y avait le feu au lac. La directrice de l’école de Saint-Paul-de-Fourques venait de prendre un coup dans le bas ventre d’une rare violence de la part d’un enfant de CM1. Nous vous avions pourtant alerté de la situation, avec mon collègue Yves Ruel. Vous avez donc menti pour apaiser la colère légitime des enseignants qui n’en peuvent plus de ne pas être écoutés par leur hiérarchie. Leur métier est d’apprendre à lire, à écrire et à compter. Il n’est pas d’être éducateur social ou psychologue.

Concernant les problèmes que nous avons cette année dans cette classe de CP-CE1, pour en avoir discuté avec mes collègues, sachez qu’ils sont loin d’être isolés. Le buzz médiatique, dont nous nous serions volontiers passés si vous aviez daigné nous répondre en nous apportant des solutions, n’est pas un cas isolé. Mais, voilà, tout le monde se tait ! J’en ai discuté avec mon collègue maire de Calleville, Frédéric Scribot hier soir qui rencontre des difficultés du même type. Il m’a assuré de tout son soutien. D’autres élus m’ont confirmé les mêmes événements. Pareil chez eux. Je crois savoir qu’il y a eu d’autres cas lourds. Les langues se délient et c’est bien là votre problème. Cette réalité ne semble pas vous convenir. Alors, changeons la réalité.

En tant qu’élu, j’ai donc le devoir tout d’abord de soutenir nos enseignants, les parents et les enfants surtout. Nous consacrons un tiers de nos budget de fonctionnement à nos écoles.  En tant qu’élu, j’ai aussi le devoir de dire que les moyens pour faire face à tous ces problèmes récurrents sont totalement insuffisants ! Alors, de votre carrière, Monsieur Le Mercier, sachez que nous n’avons rien à faire. Je pense tout de même que vous vous honoriez à reconnaître qu’il y a un vrai problème et surtout à y trouver des réponses extrêmement urgentes. Pour rappel, vous êtes un fonctionnaire au service de notre République et de ses élus, au service des parents et des enfants de notre pays. Votre rôle est de nous apporter des solutions. Je reste disponible pour que nous puissions ensemble éteindre les raisons à cette colère légitime.

Denis Szalkowski
Maire de Saint-Eloi-de-Fourques

5.00 avg. rating (99% score) - 4 votes

Un protocole sanitaire empêchant la réouverture de nos écoles !

Sinistre protocole sanitaire !

Lorsque le 1er ministre, la semaine dernière, a annoncé la réouverture des écoles, des collèges et des lycées, il a oublié d’expliquer aux Français que les maires, les présidents de Conseils départementaux et régionaux étaient les seuls décisionnaires en la matière.

Dans la mesure où le protocole sanitaire oblige à réserver 4 m2 par enfant, nos écoles sont susceptibles d’accueillir en moyenne 6 enfants par classe. Et encore, il nous faut condamner des classes pour y entasser le matériel. Il nous est extrêmement difficile, dans ces conditions, d’aller au delà du service minimum d’accueil que les quatre maires du regroupement ont décidé de mettre en place à partir du 2 juin.

En France, comme dans la plupart des pays européens qui ont confiné leur population, il n’y a pas de 2e vague. C’est d’ailleurs ce qu’avait très bien expliqué le docteur Raoult., un spécialiste de renommée mondiale en épidémiologie. Alors, la question se pose clairement de savoir si nous devons continuer à respecter ce protocole imbécile qui a été conçu par une de ces officines qui ne connaît rien à la réalité de nos écoles rurales.

Il n’est pas impossible, pour ma part, en accord avec la directrice de l’école et les enseignantes, les autres maires et les personnels du SIVOS de rouvrir nos classes dans les conditions habituelles avant le 4 juillet, en dérogeant à ce protocole sanitaire.

Denis Szalkowski
Maire de Saint-Eloi-de-Fourques

4.33 avg. rating (89% score) - 3 votes

Le blog de l’école Claude Monet

Ca y est ! L’école Claude Monet de Saint-Eloi-de-Fourques dispose désormais d’un blog, où vous pourrez suivre l’actualité des enfants qui y sont scolarisés.

Merci et Bravo à Manuella, la directrice, sans  laquelle cette belle exprérience n’aurait sans doute pas été possible. Vous pouvez suivre le blog en vous abonnant à son fil RSS. Et bonne lecture !

5.00 avg. rating (98% score) - 1 vote

Exposition des élèves de l’école de Saint-Eloi sur le thème de Paris

Du 27 juin au 4 juillet 2017, le Centre Culturel et Multimédia de Saint Eloi de Fourques présente une exposition publique et gratuite autour du thème de Paris, réalisée par les élèves de l’école de Claude Monet .

Renseignements et inscriptions

Centre Culturel et Multimédia – Rachel Bernard
60 route du Mouchel – 27800 Saint Eloi de Fourques
Tél.  02 32 34 11 09

Exposition des élèves de l'école de Saint-Eloi sur le thème de Paris

5.00 avg. rating (98% score) - 1 vote

Marché de Noël le 11 décembre de 17 h 30 à 19 h 00

L’école Claude Monet de Saint-Eloi-de-Fourques organise un marché de Noël le vendredi 11 décembre à la salle d’activités de Saint-Eloi-de-Fourques de 17 h 30 à 19 h 00. Y seront vendues les réalisations des enfants. Le produit de ces ventes sera notamment consacré à financer les sorties scolaires.

A cette occasion, seront également exposées les fresques réalisées par les enfants du centre de loisirs de Saint-Eloi-de-Fourques.

Parents et habitants des communes de Saint-Eloi-de-Fourques, Saint-Paul-de-Fourques, Bosrobert et Malleville sur le Bec sont conviés à venir y participer !

 

5.00 avg. rating (98% score) - 1 vote

Remise des prix le 24 juin

C’est le mardi 24 juin à 20 h 00 qu’aura lieu à la salle d’activités la remise des prix à la grande salle d’activités pour les enfants scolarisés à Saint-Eloi-de-Fourques. Comme chaque année, la remise des prix faite par les élus du SIVOS EPBM sera précédée de spectacles joués par les enfants sous la direction de leurs institutrices et de leurs encadrants. Un beau moment en perspective !

Le spectacle pour les enfants de Saint-Paul aura lieu, quant à lui, le jeudi 4 juillet à 18 h 30. Celui de Bosrobert a eu lieu le mardi 17 juin à 18 h 30 et il fut particulièrement réussi. Merci aux instituteurs et à tous les personnels d’avoir permis une aussi belle réalisation !

Remise des prix - Ecole de Saint Eloi  - Année scolaire 2012-2013

 

5.00 avg. rating (99% score) - 2 votes

Merci à Fanny Sajou, aux parents et aux enfants de la classe de CE2

Si la commémoration du 8 mai 1945 fut cette année particulièrement réussie, c’est en grande partie grâce à la présence des parents et des enfants de la classe de CE2 de l’école Claude Monet. Merci à Fanny Sajou pour avoir accepté le principe de cette participation !

Après la lecture du texte du secrétaire d’état aux anciens combattants, Kader Arif, les enfants de la classe de Fanny Sajou ont lu le très beau poème d’Arthur Rimbaud, le dormeur du val. Ensuite, Bernard Harang a fait l’appel aux morts. Nous avons, avant de boire le verre de l’amitié en Mairie de Saint-Eloi, avec les parents et les enfants présents, entonné la Marseillaise.

Merci à tous les habitants de Saint-Eloi-de-Fourques présents. Un grand merci aux parents de Bosrobert et de Saint-Paul-de-Fourques qui ont pris, hier matin, le temps d’accompagner leurs enfants !

Le 69e anniversaire de la commémoration du 8 mai 1945 à Saint-Eloi-de-Fourques

Le dormeur du val, d’Arthur Rimbaud

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

4.20 avg. rating (86% score) - 5 votes

Commémoration du 8 mai 1945

Yvon Tarif, 1er adjoint au maire, s’est chargé de demander aux établissements Forcher, situés à Brionne, de graver le nom de Jérôme Bekaert sur la plaque des victimes civiles de la guerre 1939-1945. Dans l’état-civil (dont vous trouverez une transcription ci-dessous), il est indiqué que Jérôme Bekaert est décédé le 21/08/1944 des suites de guerre à Saint-Eloi-de-Fourques.

Commémoration du 8 mai 1945Cette année, nous avons souhaité associer les enfants de CE2 à la commémoration du 8 mai 1945, qui se tiendra cette année à 11 h 30 devant le monument aux morts. Nous remercions Madame Sajou, la directrice de l’école Claude Monet, d’en avoir accepté le principe.

Après la commémoration, nous nous réunirons à la Mairie de Saint-Eloi-de-Fourques autour d’un verre de l’amitié.

Transcription du registre de l’Etat Civil de Saint-Eloi-de-Fourques
Feuillet AA51639 – Acte n°13 : décès de Jérôme Camille Corneille Bekaert

Le vingt-cinq août mil neuf cent quarante quatre à vingt deux heures est décédé des suites de guerre à Saint-Eloi-de-Fourques au lieu dit de la Cambe Jérôme Camille Corneille Bekaert né à Rimghe arrondissement de Ypres, Flandre occidentale, Belqique le Quinze juillet mil huit cent quatre vingt quinze, cultivateur fils de Isodore Bekaert décédé et de Florence Prudence Vandenameelle, époux de Germaine Clémence Cornélie Corneille.

Dressé le vingt six août mil neuf cent quarante quatre, sur la déclaration de Demol Valère, quarante huit ans, cultivateur domicilié à Saint-Eloi-de-Fourques, lieu dit : « Le Bosc-Yves » ami du défunt qui lecture faite a signé avec nous, Henry Windsor, adjoint faisant fonction de Maire de Saint-Eloi-de-Fourques.

 

5.00 avg. rating (99% score) - 3 votes