Archives mensuelles : novembre 2023

Discours du 11 novembre : le rôle des femmes

Discours du 11 novembre : le rôle des femmes

Les femmes ont joué un rôle considérable pendant la guerre. Pendant que les soldats se faisaient massacrer au cours de la bataille de la Marne, sur le Front de la Somme et le Chemin des Dames ou encore à Verdun, c’est aux munitionnettes que l’armée devait ses obus. Les 1ères moissonneuses-batteuses lieuses McCormick font leur apparition au cours de la 1ère guerre mondiale pour aider les 3 millions de femmes ouvrières agricoles, épaulées par des hommes trop faibles ou trop âgées pour aller se battre sur le front. De 1914 à 1918, les femmes auront occupé les emplois de conductrices de tramway, de postières ou encore de balayeuses en bleu de travail. Elles auront aussi pris une place symbolique, à l’image de Sarah Bernhardt. Elle sera exfiltrée dans le bassin d’Arcachon de septembre 1914 à octobre 1915, le ministre de la guerre craignant qu’elle soit faite prisonnière par les Allemands, s’ils venaient à prendre Paris.

Né en 1903 en Grand-Bretagne, le mouvement des suffragettes permettra aux femmes de voter aux élections dès 1918 et ce à partir de 30 ans. Il faudra attendre la fin de la 2e guerre mondiale pour que les femmes obtiennent le droit de vote dans notre pays. Dans les usines, elles se seront battues pour des congés supplémentaires.

Avec 1,4 million de militaires disparus et morts au champ de bataille, avec 1,9 million de blessés par obus et aussi par les gaz utilisés dans les tranchées parmi les 18-65 ans, la France a payé le plus lourd tribut à la guerre. Avec 30 % de population masculine en moins, la France a dû continuer de recourir au travail des femmes pour faire tourner son économie après-guerre. Pour participer à l’effort de guerre, la France a fait appel à 225000 hommes issus de ses colonies venant principalement du Maghreb et de Cochinchine. Parlant de colonies, n’oublions pas aussi ces 81000 coloniaux – souvent envoyés en 1ère ligne – qui sont morts courageusement aux côtés des soldats français ! En France, la population immigrée passera de 2.1 % en 1911 à 6.6 % en 1931. De cette guerre, nous en voyons encore les stigmates aujourd’hui avec tous ces noms d’origine polonaise ou flamande, qui étaient ceux d’aïeux venus labourer les plaines du Neubourg et du Roumois ou extraire le charbon des mines du Pas-de-Calais. La guerre aura profondément bouleversé nos sociétés.

Qui pouvait imaginer qu’en 2022, une autre guerre allait resurgir en Europe selon des modes opérationnels proches de ceux d’une guerre qui eut lieu 108 années auparavant ! Si nous sommes là aujourd’hui, c’est d’abord pour honorer la mémoire de tous ces soldats morts dans les tranchées et aussi de toutes ces femmes, sans qui la France aurait dû attendre de long mois avant de défaire l’armée allemande. Notre présence, c’est aussi notre façon de délivrer un message de paix dans un monde qui en a besoin plus que jamais.

Denis Szalkowski, Maire de Saint-Eloi-de-Fourques